Mode-Division-Multiplexing as a possibility to cope with the increasing capacity demand in optical transmissions systems

Les systèmes optiques déployés actuellement utilisent la détection cohérente pour les débits de 40Gbit/s et 100Gbit/s. Une modulation QPSK (pour « Quadrature Phase Shift Keying »), c’est à dire avec 4 niveaux de phase, associée à un multiplexage de polarisation (« PDM » pour « Polarization Division Multiplexing ») permet de transporter 4 bits par symbole. L’utilisation de formats de modulation plus complexes, tel que le QAM16 (pour « Quadrature Amplitude Modulation »), avec 16 états possibles, permet de doubler le débit transmis.

Cependant cette méthode réduit fortement la portée de transmission. Par exemple, si on passe de 100 Gb/s PDM-QPSK à 200 Gb/s PDM-QAM16, la portée est réduite par un facteur cinq.

Une approche nouvelle et en rupture pour augmenter la capacité est le multiplexage en mode (MDM, pour « Mode Division Multiplexing »). Cette approche est investiguée dans le cadre de ma thèse par des méthodes théoriques et expérimentales.

L’impétrant commence sa thèse avec une explication des généralités sur les systèmes de transmission optique, suivi d’une présentation de leur évolution historique dans le contexte de la demande mondiale croissante pour de la capacité dans les réseaux de télécommunications.

Ensuite Clemens Koebele présente plusieurs options pour continuer la croissance de capacité dans les systèmes de transmission optique avant de me focaliser sur le MDM. Il décris en détail tous les nouveaux éléments clé d’un système MDM typique, notamment la fibre légèrement multimodale, le multiplexeur / démultiplexeur de mode, l’amplificateur légèrement multimodal et le nouveau concept de récepteur, en me fondant sur des résultats théoriques, numériques et expérimentaux.

Enfin, Clemens Koebele termine sa thèse avec une présentation des expériences de transmission sur des systèmes MDM complets, où l’équipe était parmi les premières équipes mondiales à réaliser une telle démonstration.

Le Jury est composé de Peter KRUMMRICH, Université de Dortmund ; Gilles PAULIAT, Institut d’Optique Graduate School ; Nicolas TREPS, Université Pierre et Marie Curie ; Yann FRIGNAC, Télécom SudParis ; Gabriel CHARLET, Alcatel-Lucent Bell Labs ; Badr-Eddine BENKELFAT, Directeur de Thèse, Télécom SudParis.

Directory

Virtual tour

Meet us

Join and support

Contact us

Telecom SudParis

Telecom SudParis is accredited by

Member of

<