Plateforme cybersécurité : passer à l’échelle

Télécom SudParis

Une petite voiture télécommandée automatisée avance et recule, à intervalles réguliers, devant un muret en carton. Jose Manuel Rubio Hernan, post-doc au département RST (Réseaux et Services de Télécommunication) de Télécom SudParis, la manipule avec précaution. « Je collecte des données sur son déplacement, sa distance avec le muret ainsi que sa vitesse », explique le chercheur. A première vue, une curieuse expérience pour étudier la cybersécurité.

« L’objectif est ensuite de simuler une cyberattaque sur les protocoles informatiques commandant le véhicule et de voir les données qui en résultent. Un attaquant peut lui envoyer de mauvaises informations pour changer sa vitesse ou sa direction, tout en communiquant de fausses bonnes données à l’opérateur du véhicule, pour éviter d’être détecté ». Autrement dit, observer en détails le déroulement d’une cyberattaque et ses conséquences, non seulement informatiques mais aussi physiques et matérielles, pour mieux comprendre comment les contrer. Le tout, dans des conditions réalistes, à l’aide de robots et de maquettes Lego MindStorms connectés au réseau et commandés par ordinateur (comme les voitures télécommandées, dans la vidéo ci-dessous, ou les trains miniatures, ci-contre).

« Cependant, pour vraiment tester ces processus de cybersécurité, il nous faudrait passer par un déploiement à l’échelle : c’est le prochain défi de notre plateforme », rebondit Joaquin Garcia-Alfaro, enseignant-chercheur au département RST, et membre de la chaire Cyber CNI (pour Critical National Infrastructures) de l'Institut Mines-Télécom¹. « Certes, réalistes, nos simulations avec des maquettes sont programmées par un certain déterminisme. Ils nous manquent les aléas de la réalité ».

Il serait néanmoins difficile de demander, par exemple à une société comme la SNCF, de mettre à disposition de vrais trains, et de voir les résultats du test d’une collision provoquée par une cyberattaque. « L’intérêt des maquettes, reprend Jose Manuel Rubio Hernan, c’est de pouvoir à la fois étudier des protocoles réels et de visualiser, au plus proche de la réalité, les conséquences sur la partie physique ».

Si simuler ainsi des situations réalistes est l'une des principales forces de la plateforme cybersécurité de Télécom SudParis, le savoir-faire de ses chercheurs et ingénieurs va bien au-delà.

La plateforme s'intéresse tout particulièrement à la protection des « infrastructures critiques ». Ces dernières désignent tous les domaines, susceptibles d’impacter la vie de tout un chacun, notamment ceux gérés par les partenaires de la chaire Cyber CNI, tels EDF dans l'énergie, Orange pour les télécommunications, ou encore Airbus dans les transports aériens et l'aéronautique². Une problématique au cœur des préoccupations internationales depuis la cyberattaque WannaCry, un ransomware ayant paralysé les systèmes informatiques des hôpitaux britanniques en mai 2017.

A LIRE : Virus et logiciels malveillants : se protège-t-on correctement ?

« Les stratégies de cyberdéfense classiques se concentrent trop souvent sur la protection seule des données et des informations communiquées, commente Joaquin Garcia-Alfaro. Notre but, sur la plateforme cybersécurité, est d’améliorer la protection du système lui-même » - plus précisément, ce qui le contrôle et le commande.

En exploitant les propriétés de tri des flux réseaux du SDN (Software-Defined Network), les chercheurs de la plateforme cybersécurité appliquent des stratégies de sécurisation des technologies SCADA (Supervisory Control And Data Acquisition) de contrôle et commande à distance. Ces dernières font en effet l'intermédiaire entre les couches informatiques et physiques, au sein des systèmes des infrastructures critiques.

« Bien entendu, les opérateurs d’infrastructures critiques auront toujours des réserves légitimes pour fournir des données, captées dans des conditions opérationnelles réelles,  aux risques de révéler des faiblesses ou de les voir être exploitées de façon malveillante », souligne néanmoins l'enseignant-chercheur. La solution serait donc de garantir aux partenaires de la plateforme cybersécurité une gestion de leurs données dûment contrôlée.

Ainsi, si des progrès sont en cours, le défi du « déploiement à l'échelle » reste de taille.

- Félix Gouty

Télécom SudParis dispose de sept autres plateformes de recherche, labellisées Carnot TSN, dans les domaines du très haut débit, de l'e-santé ou encore du multimédia.


1 : La chaire Cyber CNI est portée par Télécom SudParis, Télécom Paris Tech et IMT Atlantique.

2 : La chaire Cyber CNI compte aussi comme partenaires : La Poste pour les services postaux,  BNP Paribas et la Société Générale pour les services bancaires, Nokia, Amossys ainsi que la région Bretagne.