IA, Cyber, SI, les nouvelles formations d’ingénieur proposées en alternance à Télécom SudParis

Télécom SudParis

Les formations d’ingénieur proposées en alternance à Télécom SudParis évoluent. En plus de la formation Ingénieur Informatique et Réseaux en apprentissage, elles s'élargissent désormais à d'autres domaines du numérique : Cybersécurité, Systèmes d'information et Intelligence artificielle. Cette évolution répond à la fois à la demande croissante de jeunes talents du numérique et au souhait croissant des candidats aux écoles d'ingénieurs de se former en alternance. Cécile Narce, directrice adjointe des formations, et Cécile Delafont, responsable administrative de la formation par apprentissage, nous parlent de ce changement.

Pourquoi l'école a-t-elle élargi sa formation d'ingénieur en apprentissage à d’autres domaines du numérique ?

Cécile Narce : Trois principales raisons expliquent cette décision.

Tout d'abord, la demande croissante d'un public souhaitant se former dans des domaines du numérique autres que les réseaux par la voie de l'apprentissage. De nombreux élèves ingénieurs en formation initiale généraliste expriment également le désir de renforcer leur formation par une expérience professionnelle en alternance, notamment en systèmes d’information ou en intelligence artificielle. L'école a donc décidé d’articuler ses formations d'ingénieurs, en troisième année, élargissant ainsi son offre de formation.

Par ailleurs, cette initiative répond à l’objectif de massification de l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) " Compétences et Métiers d'Avenir " (CMA) du gouvernement français, visant à répondre aux grands enjeux stratégiques nationaux et internationaux, et aux besoins des entreprises françaises, notamment dans les secteurs émergents du numérique. L'école, avec ses partenaires, a remporté des AMI CMA en Intelligence Artificielle, Cyber, 5G et Cloud, qui visent la formation d'un plus grand nombre de professionnels dans ces secteurs stratégiques. Dans la mesure où le vivier de candidats issus de la formation initiale, généralement recrutés à l’issue les classes préparatoires aux grandes écoles, tend à se limiter, nous privilégions le recrutement de nouveaux étudiants, issus d’horizons plus larges et plus divers, par la voie de l'apprentissage.

Enfin, la demande du monde professionnel et des partenaires de l'école, qui accueillent déjà des apprentis, a conduit à élargir la formation en "Réseaux" à "Informatique et Réseaux". Cette extension permet de maintenir notre spécialisation de base en réseaux, tout en répondant à une demande croissante dans des domaines tels que les systèmes d'information, la cybersécurité et l'informatique pour les réseaux. L'accent mis sur la cybersécurité, particulièrement attendue par l'école, est renforcé par la nécessité de former davantage d'ingénieurs dans ce domaine, justifiant ainsi le recours à l'apprentissage pour élargir le vivier de candidats.

Quels sont les avantages pour les étudiants qui optent pour cette nouvelle formation ?

Formations ingénieur alternance - Cécile Narce et Cécile Delafont
Cécile Narce et Cécile Delafont

Cécile Delafont : Tout d'abord, il y a l'avantage de la formule de l'alternance courte, qui se caractérise par une progression continue en cours, permettant aux étudiants de monter en compétences progressivement. De plus, les étudiants bénéficient de la possibilité de travailler sur des projets d'envergure en entreprise, une opportunité moins fréquente dans d'autres formations où le rythme peut-être, par exemple, de trois semaines de cours pour une semaine en entreprise. Dans notre cas, le rythme est de 2 jours de cours pour 3 jours en entreprise.

Cécile Narce : Par ailleurs, la situation avantageuse de l'école, au sud de la région parisienne, est un atout majeur par son bassin d’emploi riche et dynamique. Notre proximité avec de grandes entreprises qui accueillent un grand nombre d'apprentis est à souligner. En témoigne notre collaboration avec Bouygues qui a recruté 12 apprentis issus de notre formation. Nous disposons d'un vaste vivier d’entreprises de renom qui accueillent des apprentis. À cela s’ajoute tous les partenaires entreprises qui ont participé au montage des différents AMI CMA.

Le Centre de Formation d'Apprentis (CFA) d'Évry - Val d’Essonne a été impressionné par la rapidité avec laquelle nous avons rempli et signé les 32 contrats d'apprentissage cette année, ce qui témoigne de la forte demande et de l'attrait important de notre programme pour les étudiants et les entreprises partenaires.

Comment se déroule le processus de sélection et quels sont les critères d'admission ?

Cécile Delafont : Le processus d'admission commence par l'évaluation du dossier de candidature par des examinateurs, qui se concentrent sur les résultats académiques, en particulier en mathématiques, en informatique et en traitement du signal. Les candidats passent ensuite un entretien de motivation, ainsi qu’un certain nombre de tests, tels que des tests d'anglais et éventuellement des tests probatoires en mathématiques et/ou en réseaux.

Cécile Narce : Quant aux voies d'accès, elles sont désormais importantes. L'école a élargi ses critères d'admission aux étudiants de BUT, de Licence et même de classes préparatoires. Cela répond à une demande croissante des élèves de classes préparatoires qui souhaitent se former par la voie de l'apprentissage. Certains estiment que l'entrée directe en entreprise offre une formation plus complète, et cette tendance existe aussi chez les élèves des classes préparatoires.

Pouvez-vous expliquer le modèle de formation proposé ?

Cécile Narce : La structure de formation comprend un tronc commun IT en première année pour tous les étudiants, englobant des fondamentaux tels que les bases des réseaux, des mathématiques et de l'informatique, ainsi que les principes du traitement du signal. À la fin de ce tronc commun, les attentes seront plus élevées, marquant une progression significative.

À partir de la fin de la deuxième année, un certain nombre de cours sont proposés qui permettent à l’élève de choisir d’approfondir un domaine : Système d’information (SI), Intelligence artificielle (IA), Réseaux ou Cybersécurité. Certains de ces cours sont mutualisés avec les voies d'approfondissement (VAP) du programme Ingénieur généraliste sous statut étudiant (FISE).

En résumé, le modèle de formation sera équivalent à celui de la FISE, avec un tronc commun offrant un socle scientifique de haut niveau, permettant ensuite aux étudiants de se spécialiser à partir de la fin de la deuxième année, en choisissant un approfondissement en fonction de leurs préférences.*

Cécile Delafont : La mobilité internationale est actuellement de 9 semaines, et passera à 12 semaines à partir de la rentrée prochaine.

Quels sont les avantages spécifiques de Télécom SudParis ?

Cécile Narce : Je dirais que l'un des principaux avantages réside dans l'importance que nous accordons à l'accompagnement individualisé. Chaque étudiant bénéficie d'un suivi personnalisé avec un tuteur dédié. Cet accompagnement commence dès l'admission et se poursuit jusqu'à l'obtention du diplôme. Dès son admission, chaque étudiant est accompagné par un conseiller pour l'aider à trouver son contrat d’alternance, puis d'un tuteur académique tout au long de son cursus, et enfin de son maître d'apprentissage en entreprise qui prend en charge la dimension professionnelle de son cursus.

Cécile Delafont : En effet, nous avons constitué une task force ad hoc pour aider nos étudiants à trouver leur contrat d’alternance. C'est une initiative que j'ai lancée il y a deux ans avec nos anciens élèves et les enseignants impliqués dans le programme de formation. L'objectif principal de ce groupe est d'évaluer la motivation des candidats dès leur première approche. Si le candidat démontre une réelle motivation à rejoindre Télécom SudParis, nous mettons en place un programme d'accompagnement hebdomadaire pour maximiser ses chances de réussite. Le suivi se concentre sur la recherche d'apprentissage, en offrant des conseils et un coaching. Cela comprend la révision du CV et une liste de contacts pour élargir et optimiser l’insertion professionnelle. En bref, les contributeurs jouent un rôle crucial dans le suivi et l'accompagnement des candidats.

Quelle est la première étape pour postuler ?

Cécile Delafont : La première étape de la candidature consiste à se rendre sur le site "IMT Apprentissage", commun à toutes les écoles de l’IMT. Cette étape peut être effectuée dès le 1ᵉʳ février pour les étudiants en BUT, CPGE, licences et licences professionnelles.

Pour les excellents étudiants en deuxième année de BUT, nous avons des conventions renouvelées chaque année avec des IUT partenaires, qui leur permettent de nous proposer les dossiers de leurs meilleurs étudiants. Ces derniers sont automatiquement invités à participer à nos épreuves d'admission. D'autres accords sont en cours pour proposer un double cursus entre la troisième année de BUT et la première année à Télécom SudParis.

Quels conseils donneriez-vous aux candidats potentiels pour rejoindre la formation ?

Cécile Delafont : Je recommanderais de se concentrer particulièrement sur les mathématiques, car le niveau requis est de plus en plus élevé. De même, une attention particulière doit être portée à l'informatique.

Cécile Narce : Il est essentiel de définir son projet professionnel avant de s'inscrire. Il faut bien vérifier que l'offre de l'école correspond au projet professionnel du candidat. Il n'est pas conseillé de choisir une école uniquement pour la réputation de son diplôme. Ces trois années seront une période intensive, marquant le début de leur carrière. Si les candidats ne sont pas encore sûrs que ce soit le métier qu'ils veulent exercer, il peut être préférable d'envisager d'autres options moins engageantes professionnellement.

Nous veillons à ce que nos étudiants soient orientés vers un avenir qui leur convienne et dans lequel ils se sentent épanouis. Il est essentiel qu'ils soient convaincus que c'est la voie qu'ils veulent suivre, pour s’y investir pleinement.