Télécom SudParis et Airbus créent le laboratoire commun « Intelligence dans les réseaux »

Télécom SudParis

Pour faire évoluer les réseaux vers plus de flexibilité, Télécom SudParis et Airbus ont créé un laboratoire commun d’innovation. Mettre de l’intelligence au cœur des réseaux, c'est le défi que relèvent ensemble les chercheurs académiques et industriels.

Les défis des infrastructures réseaux de demain

Les réseaux actuels sont très statiques et préconfigurés, ce qui limite leur capacité d'adaptation à des contextes évolutifs et rend leurs coûts de maintenance et d’exploitation très élevés. Des infrastructures réseaux dont la configuration, le contrôle et la gestion seraient dynamiques permettraient de faire face à la diversité des besoins, en gagnant en efficacité. L’idée est donc de permettre aux réseaux d'évoluer en introduisant de l'intelligence artificielle et en particulier de l’apprentissage machine pour qu’ils gagnent en flexibilité. Un axe de recherche qui intéresse particulièrement Airbus Defence & Space qui souhaite proposer à ses clients des solutions plus intelligentes, plus utiles et faire avancer les technologies d’intelligence artificielle les plus pointues.

Pour relever ce défi, Télécom SudParis et Airbus se sont associés au sein d’un laboratoire commun d’innovation baptisé « Intelligence dans les réseaux ». Sa raison d’être : mettre leurs forces en commun pour accélérer les recherches portant sur l’introduction de l'intelligence artificielle dans les réseaux.

On est aujourd’hui loin d’un déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les réseaux. Il est en effet impératif de s’assurer que le fonctionnement des algorithmes est suffisamment maîtrisé et explicable pour garantir l’absence de risque, d'autant qu'un problème survenant dans un système automatisé peut avoir des effets en cascade.  « Il faut concevoir des algorithmes intelligents, fiables, rationnels, interprétables et explicables pour assurer une maîtrise des décisions et garantir la sureté de fonctionnement des systèmes, explique Djamal Zeghlache, professeur à Télécom SudParis et directeur du département réseau et service multimédia mobile. C’est seulement à ces conditions qu’on pourra introduire de l’intelligence artificielle dans les réseaux et les déployer dans les infrastructures réseaux réelles » poursuit-il. 

« Intelligence dans les réseaux », la genèse

©DR

Créé en février 2021, le laboratoire commun d’innovation d'Airbus et Télécom SudParis est le fruit de deux ans d’échanges entre les experts d’Airbus et les chercheurs de l’école. Marc Cartigny, executive expert en architecture de réseaux IP fixe et mobile chez Airbus Defence & Space, membre du comité de recherche de Télécom SudParis, se souvient des premiers échanges avec Djamal Zeghlache « Nous étions tous les deux convaincus que seule l’intelligence artificielle pouvait aider à résoudre le problème de la flexibilité des réseaux, dans des contextes de combinatoires multiples où les décisions doivent être prises rapidement. Nous avions identifié des avancées nécessaires pour concevoir des réseaux plus agiles, programmables, contrôlables, qu’on puisse optimiser pendant leur fonctionnement ».

La décision est prise d’associer les compétences mathématiques des chercheurs de Télécom SudParis avec celles des experts d’Airbus pour avancer dans cette direction. Le laboratoire « intelligence dans les réseaux » est créé. Son objectif : construire un plan de contrôle intelligent pour les réseaux, automatiser la configuration, le contrôle des services réseaux et l’acheminement des flux applicatifs. Pour cela, les équipes d’Airbus et les chercheurs de Télécom SudParis combinent optimisation combinatoire, apprentissage machine et modélisation des réseaux.

Télécom SudParis et Airbus, une collaboration fructueuse

La collaboration entre les experts industriels et les chercheurs académiques est fondée sur la confiance, chaque partie prenante devant y trouver son intérêt. Pour Télécom SudParis, c’est une opportunité d’aborder des problèmes concrets auxquels sont confrontés les industriels. Pour Airbus, c’est une façon de monter en compétences, de s'approprier de nouvelles technologies et de proposer des solutions plus efficaces à ses clients.

Le Laboratoire commun d’innovation accueille des doctorants, des post doctorants et des chercheurs. Basé à Issy les Moulineaux, il permet aux équipes de se rencontrer pour accélérer la collaboration. D’autres chercheurs de l’Institut Mines Télécom seront graduellement intégrés pour renforcer le partenariat.

Des plateformes expérimentales propres à Télécom SudParis et à Airbus sont mises en commun et sept grands projets ont été définis et inscrits dans le programme « Intelligence pour les réseaux ». Aucune date de fin n’est prévue, le projet se construisant graduellement ; son devenir à long terme dépendra du succès de la première phase qui vise à rendre les réseaux plus intelligents.

« La valeur ajoutée de cet écosystème, c’est de créer un environnement collaboratif dans lequel les chercheurs peuvent tester, valider leurs méthodes et à terme les transférer sur des systèmes en exploitation » explique Djamal Zeghlache.

Côté Airbus, « la mise en place du laboratoire commun a nécessité des investissements importants, des équipements lourds en misant sur des locaux communs dans un souci d'efficacité », explique Marc Cartigny.

La collaboration porte déjà ses fruits. Les premières expérimentations montrent que l'intelligence artificielle permet à un réseau de continuer à fonctionner avec une efficacité élevée à la suite d’une défaillance. Ces travaux ont d’ores et déjà été publiés. Les recherches vont se poursuivre pour développer davantage la fiabilité du réseau, en prenant soin de consolider chaque étape pour s’assurer de la robustesse des résultats. Fort de ces succès, le laboratoire commun va étendre son champ d'étude à la cybersécurité et au domaine des réseaux quantiques. Des perspectives enthousiasmantes pour cette collaboration exemplaire.

Crédits photos : Airbus